Innovation 101

Viser le bon marché - Portrait de l'entreprise Ramius

Créer son entreprise est un défi en soi, mais savoir évoluer en est un autre. C’est pourtant ce qu’Alfred Jay, fondateur de Ramius, a réussi. Sa volonté et sa capacité à innover ont grandement aidé à surmonter les différents obstacles rencontrés pendant son parcours.

Alfred Jay, fondateur de Ramius

Un peu d’histoire  

Fondée en 1998, Ramius développait de logiciels spécialisés en gestion de communautés en ligne à des fins de collaboration. Les deux premiers produits étaient destinés aux services de communication interne d’entreprises. C’était un très grand marché, avec beaucoup de compétition. Cela rend le processus de vente plus complexe. Ramius devait convaincre les départements à l’interne comme le marketing, les ressources humaines ou encore les TI. Éventuellement, il dut affronter de gros noms de l’industrie tels que Microsoft. Malgré tout, ses produits fonctionnaient bien.

Le point tournant

En 2008, c’était la Grande Récession. Plusieurs pays industrialisés, dont nos voisins du Sud, ralentissaient leur croissance économique. La plupart des clients de Ramius, qui étaient Américains, ont arrêté de dépenser. Il est devenu plus difficile pour l’entreprise de vendre ses produits… Ce fut l’élément déclencheur, l’heure de la réorientation. Pour survivre, l’équipe est passée de 29 à 8 employés. Toutes les ressources et l’argent sont utilisés afin de créer un nouveau produit dans un marché un peu plus niché, mais prometteur.

Le renouveau

Alfred Jay et son équipe se sont mis à la recherche d’un besoin qui se devait d’être comblé, une problématique à laquelle il fallait trouver une solution. Leur défi était de cibler un marché et ainsi créer un produit adapté à celui-ci. L’équipe s’est tournée vers ses clients qui utilisaient déjà ses programmes à des fins de recherche qualitative. Ils se sont alors rendu compte qu’il y avait une occasion de ce côté. Des systèmes comme Survey Monkey ne répondent qu’aux questions « Qui? Quoi? Où? Quand? », soit des données quantitatives. De 2009 à 2011, il s’est dont concentré sur le développement du produit Recollective.

Aujourd’hui

Recollective est devenu la priorité de Ramius. Cette plateforme, qui est l’équivalent d’un groupe type en ligne, permet d’étudier les marchés de façon qualitative en répondant aux questions « Comment? » et « Pourquoi? ». Il y est possible d’effectuer plus d’une recherche à la fois, et ce, sur une plus longue période de temps. L’équipe compte aujourd’hui 22 employés et l’entreprise est beaucoup plus profitable qu’elle ne l’a été dans le passé. Parmi ses clients, on compte Facebook, Netflix, Google et Uber. Ramius est maintenant le chef de file de l’industrie!

Plateforme de Recollective

Plateforme Recollective

Vers l’avenir

Ramius a de belles ambitions! La compagnie se porte très bien, mais cela ne les empêche pas d’avoir un objectif à long terme. Pour le moment, l’entreprise fait majoritairement affaires avec des agences de recherche en marketing, mais son objectif est d’aider les groupes de recherche au sein des entreprises. Les demandes d’entreprises se font de plus en plus nombreuses, car Recollective permet de créer une banque de clients auprès desquels il est possible de tester les propositions de produits rapidement, et ce, à peu de frais.

Un petit conseil

Le meilleur conseil d’Alfred Jay est de tester son idée et être ouvert aux commentaires. Toutes les idées sont bonnes, mais il faut savoir écouter les gens qui nous entourent. En découvrant les « faiblesses » de son idée, il est plus facile de les accepter et d’en venir à bout. Persévérer, voilà la clé!

 

Article fait dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR).

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *